- VEUILLEZ PRENDRE CONNAISSANCE DES INFORMATIONS SUIVANTES -

- PORTES OUVERTES LE 17 MARS 2018 !


L'organisation et le déroulement d'une journée

Composition de l'école

L’école est composée ainsi :
– une classe 3-6 ans (maternelle)
– une classe 6-12 ans (primaire)

L’équipe pédagogique est constituée d’une directrice et de 2 éducatrices (une par ambiance). La cohérence éducative est assurée par une étroite collaboration entre l’équipe pédagogique et les parents, qui restent les premiers éducateurs de leurs enfants.


Organisation des journées
  
  9 h 00 – 12 h 00 activités autonomes
12 h 00 – 12 h 45repas (panier pique-nique apporté par les enfants) 
12 h 45 - 13 h 30rangement et extérieur
13 h 30 - 14 h 00temps calme ou sieste
14 h 00 - 17 h 00
 
ateliers pluridisciplinaires et/ou autonomes
 
(15 h 45goûter pour les 3-6 ans)
  

En quoi consiste les activités pluridisciplinaires ?
Les après-midis sont consacrées aux activités manuelles, culturelles, artistiques, sportives, naturalistes… proposées par les adultes, qu’ils soient parents ou non, qui souhaitent venir partager des compétences avec les enfants (faire du potager, présenter son métier, proposer une pratique artistique, etc).

Cette année, les enfants apprécient particulièrement les apprentissages à la
L.S.F. (Langue des Signes Française), la danse, la musique, les chants, l'anglais, les arts plastiques, le brain gym. Et, nous ouvrons un concept d'école dehors, depuis peu, qui consiste pour les enfants à passer une journée en plein-air et de profiter du soleil en observant la nature, les arbres, écoutant les oiseaux, s'exerçant aux croquis naturalistes, à construire des cabanes de bois....

Les acteurs socio-économiques du territoire seront les bienvenus L’école est ainsi
 ouverte sur le monde et intégrée à la vie locale


Les pédagogies actives

Le point commun des pédagogies « actives » est de considérer que l’enfant a en lui le potentiel pour grandir et se développer. Le rôle de l’éducateur, qu’il soit parent ou enseignant, est de proposer à l’enfant un environnement dans lequel il pourra (et saura !) puiser ce dont il a besoin, à son propre rythme.
Pour illustrer cette idée,
 nous aimons l’image de la graine ou du bulbe qui a besoin d’eau et de lumière pour se développer (c’est l’environnement), et qui contient en lui la couleur de la fleur et les caractéristiques de la plante en devenir (c’est le potentiel intérieur de l’enfant).

 
« Le travail de l’enfant, c’est de construire l’Homme » (Maria Montessori)
 
L’adulte a une position nouvelle, il se situe comme celui qui accompagne l’enfant dans son développement et dans ses apprentissages. C’est bien l’enfant qui grandit, et nul ne peut le faire à sa place.

                                   La pédagogie Montessori
Maria Montessori (1870-1952) était Italienne, elle a été la 1ère femme médecin de son pays. Plus qu’une méthode pédagogique, elle a mis au point une véritable philosophie, dont le but ultime est l’ « éducation à la Paix ». Forte de cette vision pour l’humanité, elle nous propose une « pédagogie scientifique » qu’elle a développée avec des méthodes scientifiques rigoureuses à partir de l’observation de nombreux enfants et de leurs réactions au matériel proposé.
L’environnement qui entoure l’enfant est préparé pour nourrir ses apprentissages. En effet, l’enfant apprend en interagissant avec son environnement (environnement physique et humain).
Le travail est individuel : ainsi, chaque enfant apprend à son rythme, et en fonction de son besoin profond du moment. Il va choisir lui-même son travail parmi les propositions qui lui sont faites. Maria Montessori a en effet identifié des « périodes sensibles » qui sont propices à un apprentissage particulier, par exemple apprendre une langue. Elles sont universelles (tous les enfants suivent les mêmes lois de développement) et temporaires (il y a un début, un pic et une fin à cette période). Il apprend ainsi à faire des choix, et développe son indépendance.

Les activités sont conçues pour isoler
 une difficulté à la fois. Ainsi, l’évolution des apprentissages est progressive et l’enfant ne se retrouve pas en situation d’échec. Il reste concentré sur son travail. Son plaisir d’apprendre est intact. L’enfant va pouvoir consolider son apprentissage dans la répétition, ce qui développe aussi sa volonté, son goût de l’effort. En outre, le matériel est autocorrectif, c’est-à-dire que l’enfant est capable de voir lui-même s’il se trompe. Il est donc guidé dans son travail.

Activité de vie pratique

Le travail est élaboré pour aller toujours du concret vers l’abstrait. Ainsi, l’enfant peut s’ancrer dans la réalité du monde qu’il découvre. Il acquiert aussi une réelle 
compréhension des notions conceptuelles. Tout l’environnement de la classe permet aux enfants d’apprendre à travers leur corps en mouvement : à la fois pour la motricité globale (aller chercher une activité, la ranger, ou encore marcher sur une ligne dessinée au sol) et pour la motricité fine.
 
 
En effet, tous les sens communiquent avec le cerveau pour élaborer les apprentissages. Les activités sont conçues pour favoriser le travail de la main qui joue un rôle essentiel dans la construction de l’intelligence chez l’être humain.
Nous attachons également une grande importance aux activités pratiquées à l’extérieur, qui sont propices au mouvement, et également à la découverte du monde et de la nature : c’est la porte d’entrée vers les sciences (biologie, zoologie, géologie, physique, chimie, astrologie,…).

Enfin, les pratiques artistiques sont également en permanence à la disposition des enfants, pour nourrir la créativité qu’ils portent en eux.
 
Le rôle de l’adulte est nouveau. À partir de ses connaissances des lois de développement de l’enfant, et de l’observation des enfants qu’il accompagne, il aménage l’environnement dans lequel les enfants pourront puiser ce dont ils ont besoin. L’adulte a une position à la fois bienveillante et humble vis-à-vis de l’enfant qui grandit, tout en étant le garant du cadre indispensable à l’exercice constructif de la liberté des enfants, ceci afin de permettre l’émergence de l’autodiscipline et du goût de l’effort .
 

L’adulte est également le garant de la sécurité affective des enfants. Léducation à la Paix constitue le fondement de notre projet. Le développement du « savoir-être » (qui regroupe les compétences psycho-sociales : confiance en soi, connaissance de soi, respect de soi qui permet le véritable respect de l’autre, empathie, capacité à coopérer, à gérer les conflits, à vivre en démocratie) est donc une priorité pour nous. Les enfants vivent dans des classes multi-âges, qui sont propices à l’exercice de la coopération. Nous proposons aux enfants des outils pour apprendre à vivre et à travailler ensemble, reconnaissance et gestion des émotions, écoute active, médiation, communication non-violente).

 

«